Perte et Deuil

Perte et Deuil

Il existe de nombreux types de perte et chacun d’eux a son propre type de deuil. Les gens perdent des êtres chers comme leur conjoint, leur partenaire, leurs enfants, les membres de leur famille et leurs amis. Même la perte d’un animal de compagnie peut causer du chagrin. La perte d’un emploi ou d’un bien peut être douloureuse. Le deuil est le comportement culturel conventionnel pour ceux qui subissent une perte. Les réactions de deuil sont les réactions personnelles à une perte, indépendamment des normes culturelles attendues.

Le processus émotionnel du deuil

Le deuil de chacun est personnalisé, même si la plupart des gens partagent beaucoup de sentiments identiques. Il n’y a pas d’ordre ni de calendrier pour le deuil. Le processus peut prendre quelques jours ou des années. Un deuil qui n’en finit pas, comme un deuil chronique entraînant une grave dépression, ou le fait de rester bloqué dans une certaine phase du processus, comme le déni, est considéré comme un deuil pathologique et peut nécessiter l’intervention d’un professionnel qualifié. D’autres signes de deuil pathologique comprennent des sentiments de culpabilité extrêmes, des sentiments irrationnels de responsabilité pour la perte et un découragement excessif.

La façon dont les gens font face à la vie en général indique souvent comment ils feront face à une perte. Certains comportements d’adaptation sont les suivants : éviter les stimuli douloureux ou les déclencheurs (comme les photos, les restaurants préférés, les vêtements qui sentent comme la personne aimée) ; distraire, par exemple en s’occupant de son travail ; “remplir” l’espace vide avec des drogues, de la nourriture ou de l’alcool ; être obsédé ou penser beaucoup aux détails du décès ; avoir un comportement impulsif comme déménager ou quitter son travail ; prier ; intellectualiser ou penser à la perte sans être émotif ; et s’attacher à d’autres personnes. Ces techniques d’adaptation peuvent aider une personne à se sentir mieux jusqu’à ce qu’elle soit capable de reconstruire sa vie sans l’objet de la perte.

La plupart des psychologues identifient les étapes du deuil et suggèrent que le processus émotionnel typique de la plupart des gens est le suivant.

Au départ, une personne peut ressentir un engourdissement, un choc et/ou une incrédulité. Un changement soudain de la réalité se produit lorsqu’une personne meurt. Même si la mort était attendue, dans le cas d’une longue maladie, et qu’il y a eu un deuil anticipé, ou un deuil avant que l’événement ne se produise, il peut y avoir une incrédulité quant au fait que la personne est réellement partie. Il peut y avoir un sentiment de distance ou de paralysie. Certains psychologues affirment que c’est une façon de se protéger contre l’accablement. Les réactions varient considérablement d’une personne à l’autre. Alors qu’une personne peut se sentir apathique et introvertie, renfermée et réfléchie, une autre peut éclater en sanglots et être incapable d’accepter le départ de l’être cher. Certains dénis sont aigus, tandis que d’autres sont plus inconscients, comme mettre “accidentellement” la place de cette personne à table, ou entendre la voiture du défunt dans le garage. La plupart des gens passent assez rapidement le stade du déni et acceptent que le défunt ne revienne pas.

Une fois que la mort a été acceptée comme réelle, le processus de guérison commence. La personne peut maintenant entrer dans les émotions du deuil. Les personnes qui ont survécu à une perte peuvent être préoccupées par des pensées concernant le défunt. Une personne peut se sentir en colère à cause de sa perte, ou se sentir coupable de l’avoir perdue.

Des élèves du lycée Columbine au Colorado en deuil de leurs camarades de classe disparus. (Photo de David Zalubowski. AP/Wide World Photos. Reproduit avec autorisation).qu’ils ont survécu à la personne décédée. Pour certaines personnes, des problèmes non résolus, ou des regrets, surgissent, comme le fait d’avoir eu un désaccord sur les dernières paroles, ou d’avoir gardé un secret. Certaines personnes sont déprimées, se sentent désespérées et pensent qu’elles ne peuvent pas continuer. D’autres ressentent de l’anxiété. Le risque de suicide est une réelle préoccupation dans certaines situations. Certaines personnes réévaluent leur propre vie à la suite de la perte d’un être cher.

Au fur et à mesure qu’une personne traverse ses émotions et fait face aux changements provoqués par la perte, elle commence à se réorganiser, à se reconstruire et à réinvestir son énergie dans différents attachements. La perte d’un être cher peut modifier l’ensemble du cadre de soutien social d’une personne. Une personne peut avoir à acquérir de nouvelles compétences pour aller de l’avant. Par exemple, les femmes mariées qui dépendaient financièrement de leur mari devront peut-être s’instruire sur le plan financier. Les partenaires qui comptaient sur le défunt pour un soutien émotionnel doivent trouver ce soutien ailleurs. Les enfants qui ont perdu leurs parents doivent se tourner vers d’autres modèles. Bien que la perte laisse des traces permanentes dans la vie d’une personne, la plupart des gens surmontent leur chagrin. Dans les dernières étapes du deuil, une personne se rétablit, se détache du défunt ou se réconcilie avec la perte, et commence à vivre dans le présent par opposition au passé ou à la transition du processus de deuil.

Symptômes physiques du deuil

Les soupirs, les sanglots, les pleurs et les larmes sont des signes physiques courants et normaux du deuil. Certaines études psychologiques montrent que ces formes de sentiments sont une libération physique nécessaire des mécanismes de stress et de tristesse. Le stress et la tristesse qui ne sont pas évacués entraînent d’autres effets physiques tels que l’incapacité à prêter attention à l’expérience présente, le manque de concentration, les troubles de la mémoire, les perturbations du sommeil comme l’insomnie, le manque ou l’absence d’appétit, l’abus de drogues ou d’alcool et/ou les pensées suicidaires.

Les psychologues et les médecins ont identifié certains symptômes physiques courants du deuil, à savoir : serrement de la gorge, sensation d’étouffement ou de suffocation, essoufflement, soupirs, sensation d’estomac vide, manque de force musculaire, tension, douleur et distraction. Il s’agit de réactions physiologiques et/ou biochimiques. Le deuil peut avoir des conséquences importantes sur la santé physique. Il peut y avoir (surtout chez les personnes âgées) un affaiblissement de la fonction immunitaire, une augmentation des hospitalisations ou des interventions chirurgicales, et/ou une augmentation du taux de mortalité.

Les différents types de pertes

Toute perte peut être douloureuse et différents types de pertes soulèvent des questions particulières. Par exemple, la mort d’un enfant suscite le chagrin de la perte de ce que l’avenir aurait pu apporter et un sentiment de perte d’innocence. Les parents peuvent également avoir l’impression que des parties importantes d’eux-mêmes ont disparu et se sentir excessivement coupables d’avoir survécu à leur enfant.

La perte d’une personne par suicide ou par surdose de drogue peut être déroutante et choquante. Les survivants se sentent souvent coupables, honteux, impuissants et en colère. Les pertes multiples sont également plus complexes. Les personnes qui ont perdu un groupe d’amis ou un certain nombre de membres de leur famille, ou qui ont été témoins d’une perte massive, peuvent ressentir de fortes envies de partir à leur tour, ou se sentir coupables d’être des survivants. D’autres, comme les personnes qui ont perdu de nombreux êtres chers à cause du sida ou de la vieillesse, doivent faire face à des problèmes distincts, comme la désensibilisation à la perte ou le sentiment d’isolement total.

Thérapies et tâches de deuil

Des millions de personnes traversent leur deuil sans thérapie, mais il peut être très utile de bénéficier d’un soutien psychologique pendant les périodes de stress important. La compréhension des amis et de la famille peut être essentielle dans ces moments-là. Les groupes de soutien peuvent également s’avérer bénéfiques.

Le deuil est un processus important au cours duquel les gens apprennent à accepter leurs pertes. Même si certaines personnes font leur deuil assez facilement et naturellement, ne pas s’autoriser à faire son deuil peut conduire à un deuil non résolu. Il existe de nombreuses formes de deuil non résolu, comme l’absence totale de deuil, le deuil bloqué, le deuil retardé ou conflictuel, le deuil imprévu qui se manifeste plus tard, et/ou le deuil chronique. Les symptômes d’un deuil non résolu sont nombreux, y compris, mais sans s’y limiter, une suractivité, le fait d’avoir les symptômes de la personne décédée, des maladies psychosomatiques (imaginées et peut-être créées), des changements radicaux dans le réseau social, une hostilité envers les personnes liées au décès, l’auto-sabotage, une dépression sévère, des tendances suicidaires, une identification excessive à la personne décédée, et/ou des phobies de la maladie ou de la mort. Le deuil non résolu peut être dû à la culpabilité, à une nouvelle perte qui réveille une ancienne perte, à des pertes multiples, à une incapacité à faire face ou à une résistance au processus de deuil. Tout chagrin non résolu freine la croissance dans la vie et peut entraîner de graves problèmes mentaux ou physiques. Les psychologues disposent de nombreuses méthodes spécialisées pour traiter le deuil. Ils suggèrent parfois à leurs clients d’écrire une lettre à la personne décédée, ou ils peuvent recourir à la psychanalyse pour faciliter le processus de détachement. Les coutumes culturelles et/ou religieuses traditionnelles peuvent également être utiles. Pour les psychologues, l’essentiel de leur travail d’aide au deuil consiste à tendre la main, à être une présence physique, à faire preuve d’empathie et à fournir un soutien émotionnel, à donner la permission de faire son deuil, à s’assurer que la personne en deuil ne s’isole pas, et à évaluer le deuil afin d’aider le processus.

Traiter le deuil ou aider quelqu’un à traiter le deuil implique de suivre les étapes des stades du deuil. Accepter et faire face à la réalité de la perte, fonctionner de manière saine en mangeant bien et en dormant bien, surmonter la douleur des souvenirs et de l’absence d’une personne, gérer toutes les émotions qui surgissent, faire face aux changements sociaux et de vie provoqués par la perte, se détacher de la personne décédée, accepter du soutien, réinvestir de l’énergie, lâcher prise, et se faire une nouvelle identité qui inclut la perte d’une personne et le fait d’être un survivant.

The post Perte et Deuil first appeared on ProcuRSS.eu.