L’éco-anxiété : des solutions actives

anxiete

Les informations et la couverture médiatique constantes sur le changement climatique augmentent l’inquiétude du public quant à l’état de notre planète. Bien que les changements environnementaux et la santé mentale ne semblent pas immédiatement liés, ils le sont bel et bien.

Le premier principe de toute forme de vie est que la nourriture doit être fournie par son environnement, que ce soit le soleil pour l’herbe, l’herbe pour les zèbres ou les zèbres pour les lions. Sans une alimentation continue et des conditions adéquates (air et eau propres, température correcte, etc.), les êtres vivants ne pourront pas se développer et mourront. Ce fait est au cœur de l’approche des données humaines selon laquelle nos besoins humains essentiels (les exigences de notre environnement) peuvent être satisfaits en utilisant nos ressources innées (nos attributs intrinsèques avec lesquels nous pouvons nous connecter à notre environnement pour satisfaire ces besoins).

En bref, si notre environnement ne nous fournit pas tout ce dont nous avons besoin pour survivre, nous allons mourir. C’est aussi simple que cela.

Faut-il donc s’étonner que nous devenions anxieux lorsque notre environnement n’est pas idéal, évolue de manière incertaine ou lorsque nous sommes informés de changements potentiellement très néfastes pour notre environnement à l’avenir ?

De nombreux articles et discussions médiatiques suscitant la réflexion se penchent aujourd’hui sur cette montée de l’éco-anxiété, que les gens décrivent comme une source d’anxiété qu’ils « ne peuvent pas tout à fait localiser » dans laquelle ils se sentent « impuissants » et qui supplante d’autres anxiétés plus quotidiennes (telles que l’image corporelle, les préoccupations sociales et financières) en ce sens qu’elle menace leur survie même.

Comme toutes nos émotions, les sentiments d’anxiété ont un but : ils nous alertent du fait que la situation a changé et que nous devons agir d’une manière ou d’une autre afin de rectifier le changement et de rééquilibrer nos conditions environnantes pour que nous puissions continuer à survivre, à nous épanouir et à procréer. Lorsque les personnes recherchent l’aide d’un thérapeute pour leur anxiété, elles sont aidées à trouver la source de leur anxiété – à la localiser – et donc à déterminer les mesures à prendre pour améliorer les conditions de vie.

Cette démarche est stimulante car, plutôt que de se sentir déconcentré et impuissant face à notre anxiété – perdu et impuissant dans son nuage amorphe – nous pouvons la décomposer en morceaux gérables, chacun d’entre eux pouvant ensuite être vérifié (ou rejeté), traité et surmonté, et globalement nous pouvons la comprendre et la maîtriser.

Dans une situation où la source de l’anxiété est la nouvelle que notre planète – notre environnement et la source de nos besoins de survie – souffre, il est donc logique de se concentrer sur ce que nous pouvons faire pour aider la planète à, en fait, satisfaire aussi ses besoins.

 

Les psychologues font valoir ce point : « Si nous sommes préoccupés par le bien-être et l’épuisement professionnel dans le secteur de la santé, nous devrions l’être encore plus par les risques pour le bien-être de la terre et l’épuisement professionnel de la planète ».

Mais comment une personne peut-elle aider dans ce qui semble être un défi si énorme et insurmontable ? Ce sentiment d’être trop petit pour faire une différence est, je pense, la source de nos sentiments d’impuissance et de désarroi. Et pourtant, c’est le contraire qui est vrai : si chacun d’entre nous n’aide pas individuellement, nous serons incapables d’apporter les changements globaux nécessaires pour rétablir un équilibre harmonieux entre le donner et le recevoir avec notre planète.  Et en ce qui concerne notre santé mentale, faire des gestes qui font la différence au quotidien est ce qui nous fera également nous sentir moins impuissants, plus puissants, et donc moins anxieux.

Nous connaissons tous la liste de ces changements quotidiens : recycler les emballages, utiliser nos propres sacs de courses, acheter des aliments produits localement et minimiser le gaspillage, ne pas utiliser de mauvais produits chimiques de nettoyage, ne pas acheter plus de « trucs » que nécessaire, réparer plutôt que de jeter des objets, faire du vélo plutôt que de conduire, etc. Pour d’autres, les actions qui réduiront leur anxiété peuvent inclure tout et n’importe quoi, qu’il s’agisse de faire pression sur les politiciens pour qu’ils apportent des changements locaux et nationaux, d’entreprendre des recherches scientifiques, de concevoir des produits réutilisables ou de participer à des activités communautaires telles que le ramassage des déchets plastiques sur les plages.

 

Quoi que nous fassions, le « faire »est ce qui nous fait nous sentir mieux, plus engagé, plus maître de notre situation. En ce qui concerne nos besoins émotionnels essentiels, cela joue sur notre besoin de volonté et de sentiment d’accomplissement, de sens et de finalité. Et pour notre planète, chaque sac en plastique non utilisé et jeté, chaque kilomètre de nourriture non parcouru, chaque changement positif de politique et chaque réduction de la pollution sont autant d’éléments, même infimes, qui réduisent la pression sur l’équilibre.

Le but de la lutte contre l’anxiété consiste à agir et à se souvenir de cela,

 

Si vous voulez mettre fin à votre éco-anxiété, n’hésitez pas à consulter un hypnothérapeute. Pour prendre rendez-vous auprès du professionnel de votre choix, il suffit de nous appeler ou remplir le formulaire de contact. Nous serons ravis de répondre à vos interrogations et vous aider à atteindre votre objectif.